Règlement SFDR

Règlement SFDR « Sustainable Finance Disclosure Regulation »

Dans le cadre du programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies, le règlement européen 2019/2088 relatif à la publication d’informations en matière de développement durable dans le secteur des services financiers impose aux acteurs des marchés financiers de l’Union Européenne un ensemble de règles visant à atteindre plus de transparence en ce qui concerne l’intégration des risques et la prise en compte des incidences négatives en matière de durabilité dans leurs processus d’investissement ainsi que la fourniture d’informations en matière de durabilité sur les produits financiers.

Les « risques en matière de durabilité » désignent des événements ou des situations dans le domaine environnemental, social ou de la gouvernance qui, s’ils se produisent, pourraient avoir un impact négatif important sur la valeur de l’investissement réalisé.

Objectif :

Ce règlement 2019/2088 vise à améliorer la transparence concernant l’information relative au degré de durabilité des produits financiers afin d’orienter les flux d’investissement vers des placements véritablement durables tout en empêchant le greenwashing.

Le règlement SFDR permet à l’investisseur final de mieux comprendre la prise en compte et l’intégration des facteurs Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans ses investissements et la manière dont les acteurs des marchés financiers intègrent les risques en matière de durabilité dans leurs décisions d’investissement.

Gestion maison

En fonction des attentes éventuelles de ses clients en matière de développement durable, Createrra Finance adapte sa politique d’investissement.

Nous mettons l’accent sur la mise en place d’une politique d’investissement réellement conforme aux souhaits de nos clients en ne nous fiant pas aveuglément aux notations ESG fournies par les principaux contributeurs externes actuels.

En effet, une standardisation des notations n’existe pas pour le moment et dans certains cas, elle conduit à des notes contradictoires selon l’agence de notation.

En pratique, pour l’ensemble de nos investissements, une note sera prise en compte de la manière suivante :

  • pour les actions, nous nous baserons sur les scores de la taxonomie européenne.La taxonomie européenne désigne une classification des activités économiques ayant un impact favorable sur l’environnement. Son objectif est d’orienter les investissements vers les activités “vertes”. Elle est en voie d’être révisée pour intégrer le gaz et le nucléaire.
  • pour les obligations, nous prendrons en compte le score de l’action de la société émettrice.
  • pour les fonds d’investissement tels que les Sicavs, l’article ESG de référence communiqué par le gérant du fonds sera pris en compte.

    L’article 6 couvre les fonds qui n’intègrent pas systématiquement de forme de durabilité dans le processus d’investissement et pourraient inclure des actions actuellement exclues par les fonds ESG tels que les compagnies de tabac ou les producteurs de charbon thermique. Bien que ceux-ci puissent continuer à être vendus dans l’UE, à condition qu’ils soient clairement étiquetés comme non durables, ils peuvent rencontrer des difficultés de commercialisation considérables lorsqu’ils sont associés à des fonds plus durables.

    L’article 8 s’applique lorsqu’un produit financier promeut, entre autres, des caractéristiques environnementales ou sociales, ou une combinaison de ces caractéristiques, à condition que les entreprises dans lesquelles les investissements sont réalisés suivent de bonnes pratiques de gouvernance.

    L’article 9 couvre les produits ciblant des investissements durables sur mesure et s’applique lorsqu’un produit financier a pour objectif l’investissement durable et qu’un indice « impact » a été désigné comme indice de référence (benchmark).

La durabilité fait partie intégrante de la stratégie et des processus d’investissement de Createrra Finance. Notre politique permet de construire un portefeuille ISR (Investissement Socialement Responsable) via trois axes : exclusion, intégration ESG et engagement (« impact »).

Createrra Finance identifiera les risques de durabilité dans le processus de décision d’investissement et en cas de survenance, elle prendra les mesures appropriées pour minimiser l’impact sur les investissements de ses clients.

Les pratiques d’investissement responsable évoluent en permanence, parallèlement à l’apparition de nouveaux risques, à l’évolution de l’opinion publique et à l’introduction de nouvelles normes de marché. Notre cadre d’investissement durable sera donc revu régulièrement afin de refléter ces changements, si nécessaire.

Les employés de Createrra Finance sont incités à appliquer des considérations de durabilité dans la mesure du possible et à exercer leurs fonctions de manière durable et orientée client. La sensibilisation aux risques, y compris la prise en compte des risques de développement durable, fait partie de l’évaluation qualitative des performances de ses employés, comme indiqué dans la politique de rémunération.

Politique d’exclusion

Nous avons pour objectif de minimiser les risques ESG découlant de l’exposition à certains secteurs et activités caractérisés par un risque de réputation élevé et des modèles d’entreprise non durables, voilà pourquoi nous avons établi une liste de ces secteurs ou activités automatiquement exclus de notre univers d’investissement.

Le réexamen des critères d’exclusion en fonction des tendances et des priorités sociétales fait partie de notre engagement.

La liste d’exclusions de Createrra Finance est basée sur les éléments suivants :

  • lorsqu’une société particulièrement polluante ne fixe pas d’objectifs d’amélioration clairs dans un délai acceptable
  • les fabricants, intermédiaires et distributeurs d’armes non conventionnelles.
  • les sociétés tirant leurs revenus d’activités illicites comme la prostitution, la traite d’êtres humains, etc.

Conformément aux différentes conventions internationales, toutes les entreprises actives dans la production d’armes controversées, telles que les mines antipersonnelles, les armes à sous munitions, l’uranium appauvri et les munitions au phosphore blanc ainsi que les armes chimiques et biologiques, sont totalement exclues.

La politique d’exclusion est appliquée sur la base des informations disponibles. La liste d’exclusions est préparée sur la base d’informations provenant de fournisseurs de données externes et fait l’objet d’une révision périodique. Bien qu’une analyse qualitative soit effectuée, Createrra finance décline toute responsabilité quant à l’exactitude de ces données.

La liste d’exclusions tient également compte des intérêts de nos investisseurs.